Produire pour tourner et rencontrer le monde

Le Réseau Atalak se concentre sur la création chorégraphique, dans laquelle les chorégraphes sélectionnés trouvent un espace pour expérimenter, rechercher et rencontrer de nouveaux défis.

Les productions d’Atalak auront également un accompagnement, cette fois en collaboration avec Azala (Idoia Zabaleta) avec l’expérience de cette artiste et professionnel de la danse en ce qui concerne l’analyse et la réflexion de la pratique chorégraphique.

La sélection et le suivi des artistes accueillis dans la résidence de production sont gérés par l’équipe Atalak, qui suit continuellement la réalité chorégraphique sur le territoire. Une fois réalisée une première sélection, en accord avec des entités du Réseau Atalak, toujours en tenant compte des paramètres suivants : trajectoire de l’artiste, productions antérieures, contact avec le Réseau Atalak et affinité pour la création de groupe.

Productions 2020

Atalak-Carmen_Larraz

Carmen Larraz

RÉSIDENCE DE PRODUCTION 11-29/01/21 et 01-04/21
Résidence accueil

Gipuzkoako Dantzagunea

NIKOLA, de CARMEN LARRAZ, est la production chorégraphique qui se développe au sein du réseau ATALAK entre septembre 2020 et février 2021, et qui sera présentée le 4 février à l’Auditorium Niessen de Rentería (Gipuzkoa). Depuis l’Atalak qui s’est tenu en novembre 2019, Carmen Larraz se tourne vers la science comme source d’inspiration. Dans cette phase, elle entre en contact avec Bertha Bermudez, avec laquelle elle se plonge dans le domaine de la création.
L’électromagnétisme est le fil conducteur qui ouvre une ligne de recherche au sein de sa carrière.

“Je m’intéresse à la manière d’exprimer par l’art les concepts que la science a développés, qui sont en eux-mêmes très beaux et qui enrichissent notre vision de la vie”. (Carmen Larraz, février 2020).

Dans ce processus, Carmen, avec la troupe de Dantzaz et assistée de Martín Los Arcos, membre du Dinamo Danza, se focalisera sur la figure de Nikola Tesla, l’artiste scientifique, souvent appelé le magicien de la lumière. En plus d’être un brillant scientifique, Nikola Tesla était une figure charismatique et altruiste, qui nous a laissé une série d’images aussi brillantes que poétiques. NIKOLA adopte ces images et ces idées de l’électromagnétisme, ce qui donne lieu à des compositions chorégraphiques avec lesquelles on peut faire différentes lectures des relations humaines. Pour cela, la collaboration avec les danseurs du Centre de Développement de la Danse Dantzaz est d’une grande importance puisque leurs expériences et leur carrière artistique viendront soutenir le processus avec une contribution plus personnelle.

La Résidence de production chorégraphique du réseau ATALAK a fourni à Carmen Larraz, en plus de la distribution de Dantzaz, Adriana Pous et Idoia Zabaleta pour
l’accompagnement et les conseils chorégraphiques, le compositeur Hilario Rodeiro, Saioa Matxain comme costumière et Alberto Arizaga et Asier Gómez (Eragin Stac) comme éclairagistes.

BIO

Carmen Larraz a été formée à PARTS, dans le Xgroup. Par la suite, elle a dansé dans différentes compagnies: Frey faust, Deja Donne, Rital Brocante, FR-Knap Iztok Kovac, Salva Sanchis. Elle a également dansé pour David Zambrano dans “The Rabbit Project”, pour Bertha Bermudez dans “Stolen Beauty”, et pour Marta Coronado dans “The Silence of the Flowers”.

En 2013, elle a créé la compagnie Dínamo Danza à Pampelune avec laquelle elle a créé divers spectacles et effectué une tournée internationale. En 2016, elle reçoit le deuxième prix lors du concours de danse solo de Gdansk, avec son solo “Dynamo”. Son duo “Luces y Sombras” a remporté un prix au concours de chorégraphie de Madrid. Elle reçoit le prix de la création de la mairie de Pampelune en 2017 pour sa proposition “Transoceánica” et en 2019 pour “Elektrical Body”.

Elle est la créatrice et la directrice artistique du festival Danzad Danzad Malditos de Danza en Espacios Abiertos, un festival qui se tient sur les remparts de la vieille ville de Pampelune depuis 2016. En 2019, avec Marta Coronado et Laida Aldaz, elle crée et codirige le Centre chorégraphique international La Faktoría. elle enseigne généralement la danse contemporaine et l’improvisation, et continue à apprendre les arts martiaux.

RÉSIDENCE PRODUCTION 2020: Carmen Larraz