ATALAK 2.0 est une structure de mise en réseau qui offre un débouché aux propositions chorégraphiques

Le programme Atalak 2.0 fait un pas de plus dans son engagement en faveur de la création chorégraphique grâce à l’incorporation d’un nouveau partenaire en Navarre. Cette année, la Fondation Baluarte rejoint Donostia Kultura, le CCN Malandain Ballet Biarritz, Tabakalera et Azkuna Zentroa. Cette année, les créateurs invités sont le danseur et chorégraphe donostien Iñaki Azpillaga (assistant créatif de la compagnie dirigée par le belge Wim Vandekeybus), Matxalen Bilbao (un des chorégraphes basques ayant la plus longue carrière), Edu Muruamendiaraz (chorégraphe, fondateur et directeur du groupe Aukeran), Blanca Arrieta (danseuse, chorégraphe et directrice de la compagnie Ciento Cincuenta Cuerdas), la créatrice navarraise Carmen Larraz (professeur et chorégraphe de la compagnie Dínamo Danza) et le Français Thierry Martinez.

Atalak 2.0 propose également quelques nouveautés pour l’année 2018. D’une part, il offre aux membres la possibilité d’intégrer les créations des chorégraphes participants à travers différents programmes ou actions en relation avec leurs spectateurs. D’autre part, et sous le titre « Atalak. Kafe bat ? introduit les rencontres entre créateurs et professionnels du secteur dans chacun des espaces associés

Laboratoires 2018

Atalak-laboratorios-2018-thierry_Martinez

Thierry Martinez

LABORATOIRE D’EXPÉRIMENTATION 2018 Décembre

Le chorégraphe français Thierry Martinez présente CONTRAST, une idée inspirée par la « diversité des cultures qui émanent du groupe de danseurs dans leurs personnalités », et qui vise à créer une pièce vivante et humaine qui exprime la curiosité des jeunes interprètes.

BIO

Formé à EPSEDANSE (Montpellier) et après une première expérience professionnelle au sein de la société A. M. Porras, Thierry Martinez a rejoint le groupe Les compteurs. Cie (Barcelone), par R. Oller. Après avoir développé différents projets en tant que free-lance, il a poursuivi sa carrière en Suède en 2003 en travaillant avec Norrdans Co. en interprétant diverses créations de chorégraphes tels que R. Horta, S.Petronio, R. Oller, U. Ivgi et R. Zappala, entre autres. En 2010, il a participé à la production « Toccata e Fuga », une co-création avec Luisa Lazzaro. Il a également participé au festival londonien Resolutions. Plus tard, il a créé deux pièces (« Le Temps d’une Rencontre et « Dialogues mêlés ») pour le festival Le temps d’Aimer (Biarritz), en plus d’autres œuvres chorégraphiques comme « L’Instant des Forges » en 2011, « Son et Light Show at Hosssegor Casino », plus plusieurs solos et duos. Actuellement, il combine son activité dans la société Norrdans et son travail dans l’équipe pédagogique du CFD Biarritz.

 

Atalak-Carmen_Larraz

Carmen Larraz

LABORATOIRE D’EXPÉRIMENTATION Décembre 2018

La créatrice navarraise Carmen Larraz présente Electrical Body. « Partir du simple image de la façon dont un aimant agit contre un autre, le magnétisme peut être extrapolé à une myriade d’imaginaires personnels et de relations humaines. Mon intention est de lancer la proposition et, grâce à des outils d’improvisation, stimuler l’univers personnel de chaque interprète ».

BIO

Elle a commencé sa formation à l’Escuela de Danza de Navarra et s’est formé professionnellement à la danse contemporaine à Bruxelles et à Amsterdam, sous la direction de prestigieux enseignants, dont David Zambrano. Il a dansé pour Frey Faust, Salva Sanchis, Deja Donne, Iztok Kovak, En-Knap et la compagnie de cirque Rital Brocante.

En 2009, elle est retournée à Pampelune, où elle a commencé sa carrière de créatrice, collaborant avec d’autres artistes et signant des projets tels que « A la manera de recuerdo Sudden », « Puppets of Time », « The Net », « White » et « Track 4 ». En 2013, il crée la compagnie Dínamo Danza, avec laquelle il présente sa première production, « Flecha Rota », une créationqui a reçu un prix dans le cadre du concours Zawirowania. En juin 2016, elle a reçu le 2e prix du concours international de danse en solo à Gdansk (Pologne) avec sa pièce « Dynamo ». La même année, en collaboration avec le Quinteto Bortz, il signe la création chorégraphique de l’œuvre musicale d’Iruñeko Taldea, « El Ravissement de l’Europe ».

En octobre 2017, la première de « Transoceánica » a eu lieu à l’Auditorium Barañáin, une proposition qui combine photographie, danse et musique et qui s’inspire de à l’écoute de l’environnement. Larraz donne également des ateliers et des stages de danse contemporaine. Il combine actuellement son activité créative avec l’enseignement à l’intérieur de l’Aulaescena (Auditorium Barañáin).

 

Blanca Arrieta

LABORATOIRE D’EXPÉRIMENTATION Mai 2018

« Mouvements synchrones ». « Le travail que je propose pour cette résidence-laboratoire », explique Arrieta, « se concentre sur la question suivante : comment pensons-nous physiquement ? Lorsque nous générons un mouvement, nous recherchons un espace pour la forme, pour des connexions personnelles et pour des dialogues physiques avec d’autres corps. Le corps et l’esprit se connectent pour donner un sens au mouvement. Sur la base de cette idée, Arrieta propose un exercice chorégraphique qui joue « avec la simultanéité des actions ou la coïncidence de mouvements similaires entre deux ou plusieurs corps temporairement alignés ».

BIO

Blanca Arrieta (Vitoria, 1970) est chorégraphe, danseuse et collaboratrice de nombreuses créations contemporaines. Elle a reçu sa formation au London Contembyary Dance School / The Place et depuis lors, il est dédié à sa propre création. Elle collabore actuellement avec l’artiste de Bilbao Mabi Revuelta dans le cadre du projet Acromática, étendant ainsi son expérience au-delà de sa propre entreprise. Pour la troisième année consécutive, elle fait partie de l’équipe de soutien et de coordination du programme Dantzan Bilaka autour de la création chorégraphique promue par le gouvernement basque. Blanca est basée à Bilbao et a produit des œuvres de nature très diverse qui ont été vues partout en Espagne, en Europe, au Canada et aux États-Unis. En 2015, elle a lancé un projet de recherche axé sur l’architecture du corps, du temps et de l’espace, travail qui s’est concrétisé par des créations telles que « Sujets » ou « Espace ».

> Blancaarrieta.com

Atalak_laboratorios 2018-Edu_Muruamendiaraz.jpg

Edu Muruamendiaraz

LABORATOIRE D’EXPÉRIMENTATION Mai 2018

Chorégraphe, directeur et danseur d’Aukeran Dantza Konpainia. Formé à la danse traditionnelle, un genre à partir duquel il a développé une carrière professionnelle liée à l’expérimentation et à la fusion des langages traditionnels et contemporains, une philosophie qui définit également son travail dans (cet) ATALAK, intitulé « DantzAmorfosis ».

BIO

Chorégraphe, directeur et danseur d’Aukeran Dantza Konpainia. Formé à la danse traditionnelle, un genre à partir duquel il a développé une carrière professionnelle orientée vers l’expérimentation et la fusion des langages traditionnels et contemporains, créant des spectacles innovants qui sont devenus la marque de fabrique de la compagnie. En tant que danseur, il a remporté plusieurs éditions du championnat du Pays basque de « Aurresku » et de « Danza al suelto ». Danseuse officielle du Festival international du film de Donostia pendant plusieurs années. Il a collaboré avec divers artistes tels que Kepa Junkera et Oreka TX, ainsi qu’avec l’Orchestre des jeunes d’Euskadi. Il a également participé en tant que danseur au film du prestigieux cinéaste Carlos Saura et a partagé la scène avec des interprètes prestigieux tels que Lucía Lacarra et Igor Yebra. Il est actuellement conseiller artistique et chorégraphe. En outre, il a une solide carrière d’enseignant en tant que professeur de danse traditionnelle dans plusieurs groupes de danse du Pays basque et donne des cours monographiques sur la danse traditionnelle pour les enseignants et les étudiants à l’étranger, comme au Centre régional de Paris (2011).

> Aukeran.com

Atalak-Laboratorios 2018: Iñaki Azpillaga

Iñaki Azpillaga

LABORATOIRE D’EXPÉRIMENTATION Février 2018

Suturas », le nom de la proposition qu’Azpillaga a conçue pour les danseurs de Dantzaz, s’inspire du travail que le chorégraphe de Saint-Sébastien a développé après son séjour avec la compagnie Ultima Vez en Belgique. « La qualité du mouvement est basée sur le naturalisme », explique-t-il, un naturalisme qui explore la définition extrême des qualités du mouvement et des modèles de composition chorégraphique. « Dans le travail de création que je développe aujourd’hui, je m’intéresse aux relations de couple, tant dans leur intimité que dans leur vie en collectivité ; à leurs conflits et compromis dans le partage d’un même espace physique et mental », ajoute-t-elle.

BIO

Né à Donostia, il a commencé à danser grâce au folklore basque. Il a ensuite étudié le ballet classique, le jazz, la danse moderne et contemporaine. Après avoir travaillé avec le Ballet du Teatro Lírico Nacional La Zarzuela, il a orienté sa carrière vers le domaine de la danse contemporaine, travaillant avec différents groupes (Bocanada Danza, entre autres). Il a suivi une formation en composition de danse, en improvisation et en éclairage à l’école Nikolaus/Louis de New York. Il a obtenu le premier prix du VIe Certamen Coreográfico de Madrid. Après la première de « Diálogo de Sordos », il décide de s’installer à Bruxelles pour travailler avec Wim Vandekeybus. Pendant trois ans, il participe à son processus de création en tant qu’interprète, puis en tant qu’assistant chorégraphe dans sa compagnie Última Vez, à laquelle il est toujours lié aujourd’hui. Il combine actuellement son travail d’assistant à la création de la danse avec l’enseignement. Il donne des cours et des ateliers de danse et est l’auteur de pièces telles que « Cyclopes » (Tokyo 2010), « Jeffrey.1 » (Copenhague 2011) et « The Olympic spirit 1 » (Tokyo 2013).

Matxalen Bilbao

LABORATOIRE D’EXPÉRIMENTATION Février 2018

Amarrak » est le titre du projet que Matxalen Bilbao a conçu pour sa résidence avec Dantzaz. Une œuvre dont le but, dit-elle, est d’analyser la relation entre l’individu et le groupe, en explorant « les processus d’organisation, d’invasion, de singularité, d’appropriation et d’improvisation ». Des images d’engrenages, de migrations et de compositions sculpturales sont les sources de la création d’une chorégraphie qui vise à mettre en scène la manière dont le groupe cherche, suit, sépare et voyage à travers différentes situations. « Parfois liés, parfois séparés… mais toujours proches », dit-elle.

 

BIO

Elle est titulaire d’un diplôme d’éducation de base avec spécialisation en sciences humaines de l’Université du Pays basque. En 2007-2008, elle a étudié un master en arts et sciences du spectacle à l’université du Pays basque. Depuis 1998, elle combine son travail d’interprète avec celui de chorégraphe. Elle a dansé pour les compagnies Matarile Teatro (Centro Dramático Galego), Damián Muñoz Danza, Blanca Arrieta, Con buen pie et Forros. Dix pièces soutiennent sa carrière. Quatre solos, un duo, un trio et deux quatuors complètent son œuvre. Les créations les plus remarquables sont « Sast ! (2009), « Haiku 4 » (2007), « Capricho » (2005), « Lotura » (2004), « Mutis » (2003). Ses œuvres ont été vues sur diverses scènes et dans des festivals tels que Regards Croisés (Biarritz), BAD Festival de Teatro y Danza (Bilbao), Á la gare mondiale (Bergerac), Dferia14 (Donostia), Zaragoza Contemporánea, Festival de Artes Performativas Y#10 Covilha, Ciclo Alienígenas (Jaén) ou ¡Ahora Danza ! (Séville).

> matxalenbilbao.es